Cardiologs lève 6,4 millions de dollars

5 Oct

La start up parisienne Cardiologs Technologies, qui a développé une solution d’analyse d’électrocardiogramme par intelligence artificielle en mode cloud, annonce une levée de fonds de 6,4 millions de dollars auprès d’un syndicat de fonds de capital risque en sciences de la vie et digital composé d’Idinvest, ISAI, Kurma Partners et Partech Ventures et avec une nouvelle prise de participation du fonds Ambition Amorçage Angels géré par Bpifrance dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir. C’est la deuxième levée de fonds de la start up, créée en 2014, après celle de 1,4 million de dollars effectuée en décembre 2015 auprès de Seed, de la BPI et de business angels.
Elle va permettre à Cardilogs d’accélérer le développement commercial de sa plate-forme d’analyse d’électrocardiogrammes aux Etats- Unis et en Europe. « L’analyse et la génération de rapport d’ECG ambulatoires est un processus laborieux, qui peut impliquer un retard dans le diagnostic de troubles du rythme cardiaque, explique Yann Fleureau, co-fondateur et CEO de Cardiologs.
L’algorithme de Cardiologs a été entraîné à reconnaître des patterns dans l’information cardiaque pour permettre une détection rapide et précise de troubles cardiovasculaires, d’une façon similaire à l’expérience d’un cardiologue ». Les co-fondateurs de Cardiolog Yann Fleureau et Jia Li sont issus de l’Ecole Polytechnique, et le troisième cofondateur, Pierre Taboulet, est cardiologue.

Publicités

E-commerce : les PME tirent leur épingle du jeu

18 Sep

Oxatis, fournisseur de solutions de e-commerce en mode cloud pour PME et TPE (plus de 10 000 clients), a réalisé une étude sur les performances de petites et moyennes entreprises dans le commerce électronique après d’un échantillon de 2 000 sites de PME dont le chiffre d’affaires annuel est compris entre 40 000 et 10 millions d’euros.
Selon cette étude, 22% des sites ont d’excellentes performances, 61% des performances satisfaisantes ou bonnes et seuls 17% affichent des résultats insuffisants. A l’origine du succès, il y a souvent des positionnements de niche face à des poids lourds du commerce qui se différencient plutôt par les prix que l’offre. Les secteurs e-commerce les plus performants chez les PME : informatique-électronique, puis santé-beauté-bien-être et alimentation-boisson.
Marc Schillaci, le patron de Oxatis le souligne, les facteurs clés de réussite sont aujourd’hui le mobile, devenu un canal de vente privilégié, le marketing viral via les réseaux sociaux, les stratégies de fidélisation et enfin, le développement à l’international.

La Maison Lascours à Toulouse est l’un des clients d’Oxatis

People&baby met en scène la crèche de demain

12 Sep

La société, qui gère quelque 300 crèches dans l’Hexagone, présente dans sa nouvelle crèche de la rue Charlot en plein coeur de Paris, une exposition « Crèche génération durable 4.0 ». Elus, directrices des crèches, partenaires, fournisseurs, parents, professionnels de la petite enfance… peuvent y découvrir jusqu’au 25 septembre prochain la démarche et les innovations écoresponsables de people&baby ainsi que des innovations IoT qui pourraient équiper dans l’avenir les établissements de la petite enfance.
Parmi les produits IoT, une tétine connectée qui prend la température du bébé, des chaussons connectés, un body 4.0 équipé de capteurs et un robot ludo-éducatif. Une grande partie de ces produits ont été découverts par people@baby aux Etats-Unis et en Chine. Les directrices de crèches people&baby sont conviées à l’exposition les 20 et 21 septembre prochains et elles pourront décider d’intégrer l’un ou l’autre de ces produits dans leur budget de fonctionnement et le(s) proposer aux parents des enfants qu’elles accueillent.

SnapEvent, une future licorne ?

28 Août

La start up, créé en juillet 2014 par Maud Arditti et Olivier Lévy, annonce une levée de fonds de 3 millions d’euros pour accélérer son expansion à l’internationale et renforcer son logiciel de yield management grâce au machine learning.
Plate forme d’organisation d’évènements, SnapEvent regroupe plus de 500 lieux d’exemption à Paris, une centaine à Barcelone et bientôt autant à Londres. La société accueille désormais à son capital Leap Ventures, Thierry Petit & David Dayan (Showroom Privé), Cyril Vermeulen (ancien d’auféminin.com), 123 Venture et 50 Partners Capital.
Après un premier tour de table de 300 000 €, la start-up a déjà réussi à organiser des milliers d’événements. Grâce à la performance de sa plateforme, chaque membre de l’équipe peut désormais produire une trentaine d’événements en simultané avec une grande marge de progression grâce au machine learning. Grâce à sa technologie, les clients de SnapEvent sont capables de produire leurs événements complets en moins d’une heure.

Delivery Hero, holding de Foodora, lève 387 millions d’euros

1 Juin

La levée de fonds a été faite auprès de Naspers, multinationale du secteur des médias basée en Afrique du sud qui est également l’un des principaux investisseurs du secteur de la tech. Par cette augmentation de capital, Naspers est devenu actionnaire minoritaire de Delivery Hero, qui opère dans la livraison à domicile dans plus de quarante pays depuis déjà six ans avec 300 000 restaurants partenaires. Fondée en 2014 à Münich, dans le cadre de l’incubateur Rocket Internet, la start up Foodora a été cédée à Delivery Hero en 2016.
La filiale française de Foodora a été créée en juin 2015. Elle compte actuellement 100 employés et 2 000 coursiers et connaît, selon ses dirigeants, une croissance de ses livraisons de 20% à 40% par semaine. Huit villes sont aujourd’hui ouvertes : Bordeaux, Nantes, Lille, Paris, Lyon, Strasbourg, Montpellier et Toulouse. Foodora France a effectué plus de 2 millions de livraisons depuis le lancement.

L’Agence du Numérique devient interministérielle

30 Mai

Les politiques publiques pilotées par l’Agence du Numérique (Plan France Très Haut Débit, Programme Société Numérique, Initiative
 French Tech) sont conservées au sein de l’Agence, désormais sous la double autorité du Ministère de l’Economie et du Ministère de la Cohésion des territoires ; et à disposition de deux autres ministères (Ministère de l’Education nationale, Ministère de l’enseignement
supérieur, de la recherche et de l’innovation) et un secrétariat d’Etat (Secrétariat d’Etat chargé du Numérique).
« Les décrets d’attribution parus au JO du 25 mai 2017 marquent donc le caractère pluri-ministériel de l’action de l’Agence du Numérique.Cette double tutelle et ces mises à disposition positionnent l’Agence comme un centre de ressources interministériel, nous permettant de répondre avec plus d’efficacité à la feuille de route que définira le Gouvernement sur le sujet du numérique », précise Julie Ageron,sa chargée de communication.


 

Facebook suscite le courroux de la CNIL

18 Mai

On ne peut pas faire tout et n’importe quoi avec les données personnelles, et cela qu’on s’appelle Dupont ou Facebook. La décision exemplaire de la CNIL à l’encontre du réseau social coupera court, il faut l’espérer, aux attaques contre la vie privée qui se multiplient sur le net. La formation restreinte de la CNIL a prononcé une sanction de 150 000 euros, rendue publique, à l’encontre des sociétés Facebook Inc. et Facebook Ireland. En 2015, à la suite de l’annonce par Facebook de la modification de sa politique d’utilisation des données, la CNIL a procédé à des contrôles sur place, sur pièces et en ligne afin de vérifier la conformité du réseau social à la loi Informatique et Libertés. Ces actions s’inscrivent dans une démarche européenne à laquelle participent cinq autorités de protection ayant également décidé de mener des investigations sur les pratiques de Facebook. Les contrôles conduits par la CNIL ont permis de relever l’existence de nombreux manquements à la loi Informatique et Libertés. Il a notamment été constaté que Facebook procédait à la combinaison massive des données personnelles des internautes à des fins de ciblage publicitaire. Il a aussi été constaté que Facebook traçait à leur insu les internautes, avec ou sans compte, sur des sites tiers via un cookie (« datr »). Au regard des manquements constatés, la présidente de la CNIL a décidé, le 26 janvier 2016, de mettre en demeure les sociétés Facebook Inc. et Facebook Ireland de se conformer à la loi Informatique et Libertés, dans un délai de trois mois, renouvelé une fois à la demande de Facebook. Les deux sociétés ayant adressé à la CNIL des réponses insatisfaisantes à un certain nombre de manquements de cette mise en demeure, la présidente de la CNIL a désigné un rapporteur pour que soit engagée une procédure de sanction à leur encontre. 
https://www.cnil.fr/sites/default/files/atoms/files/san-2017-006.pdf
https://www.cnil.fr/fr/declaration-commune-des-autorites-de-protection-des-donnees-personnelles-des-pays-bas-de-la-france